Imprimer cette page

Les curiosités en Naucellois

Le pont de Cirou

Le Pont de Cirou enjambe le Viaur, limite géographique et administrative entre le Tarn et l’Aveyron, sur la commune de Crespin. Ainsi, lorsque vous vous trouvez d’un côté du pont, vous êtes en Aveyron, et une fois traversé, vous foulez les terres tarnaises.

Les premières mentions du pont de Cirou remontent au début du XIIIe siècle. Il fut peut être le premier passage possible sur le Viaur pour joindre Toulouse à Rodez. Ce fut donc autrefois un lieu de passage obligé sur le Cami Randonès reliant ces deux villes, avant l’ouverture de la RN88 vers 1835. Il existait déjà, semble-t-il et d’après plusieurs écrits, un passage à cet endroit à l’époque Gallo Romaine.

Ce qui est certain, c’est qu’au Moyen Âge, comme à l’Epoque Moderne, le trafic est suffisant pour faire vivre des aubergistes installés sur les deux rives du Viaur (la tradition perdure d’ailleurs).
Les routes, côté Tarn comme côté Aveyron, y aboutissent à angle droit. Elles accentuent les difficultés d’une circulation déjà limitée par l’étroitesse du tablier enserré dans ses parapets de pierre.

Dès la fin du XVIIe siècle, on prévoit de modifier cette gêne et comme tout arrive, pour qui sait attendre, des travaux seront bien réalisés à cet effet en 1992. Mais le bel aspect des six arches en plein cintre, qui enjambent élégamment la rivière, fut conservé. La voie, surélevée au centre, renforce encore le cachet du Pont de Cirou, le plus ancien des ouvrages encore en service sur le Viaur.