Imprimer cette page

Centrès

Présentation

La commune de Centrès est un important plateau agricole orienté Est-Ouest et bordé, en limite Nord et Sud de la commune, par les profondes vallées du Viaur et du Céor. Elle compte trois bourgs principaux depuis une réunification du début du XIXe siècle : Centrès, le « bourg-centre » où se situe la mairie, Taurines et Tayac.

Ainsi, la commune, dans ses limites actuelles, date de 1829. C’est en effet le 20 Mai de cette année que le roi Charles X dicte une ordonnance dont l’article 3 précise :
« Les communes de Taurines et de Tayac, du canton de Naucelle, sont distinctes. La première dépend de la Mairie de La Selve canton de Réquista, et la deuxième de la Mairie du Piboul, canton de Cassagnes, auxquelles elles avaient été adjointes par l’arrêté du 5 Messidor An 8. Elles sont réunies avec celle de Centrès, canton de Naucelle, en une seule commune dont le chef-lieu sera Centrès. Feront partie de la commune, les villages de Gargaros, Fonbonne, Soulages et Lacan, côte C, et également Latour et Moulin de Laval côte B dépendant les uns et les autres de Cassagnes ».

Le premier recensement de 1831 donne pour Centrès une population de 1 502 habitants. Elle croîtra progressivement pour atteindre un maximum de 1 710 habitants en 1872, pour diminuer ensuite lentement du fait de l’attrait de la ville et d’une certaine émigration. Les guerres auront aussi leur influence. Entre les recensements de 1911 et 1921, la population passe de 1 652 à 1 552 habitants. Entre ceux de 1936 et 1946, de 1 512 à 1 302. L’exode rural ayant ici aussi produit ses effets, le recensement de 1999 fait état de 599 habitants. Aujourd’hui, Centrès compte 546 habitants pour une superficie égale à 3671 hectares.

Le Château de Taurines, une importante bâtisse dont la construction a évolué au cours des siècles, se dresse au cœur du village de Taurines. Depuis 1982, une association de bénévoles a redonné vie à ce château du XIIIe siècle. Travaux et animations culturelles vont alors de pair et Taurines a ainsi retrouvé une « âme ».
Enfin, le Roc de Miramont, au Sud de la commune de Centrès, doté d’une table d’orientation, domine, à 552 m. d’altitude, les fantastiques paysages du naucellois. Les randonneurs seront alors ravis de la vue à 360°C que nous offre ce piton rocheux.